COMMENT AMÉLIORER SON KRAV MAGA : LES CONSEILS D’UN CHAMPION…

De la ceinture blanche à la noire avec de " l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace..."

C’est déjà la fin, nous retrouvons Pierre Terouanne pour le dernier volet. Il nous fait un cadeau précieux. Des conseils à appliquer pour améliorer radicalement notre pratique du krav maga.

Et en prime, un combat virtuel comme si vous y étiez, vous devez juste parer ses coups et développer vos réflexes.

À voir absolument !!!

Vous avez les deux premiers épisodes juste en dessous, si vous les avez manqués.

👉 PIERRE TEROUANNE : INTERVIEW DE CEINTURE BLANCHE KRAV MAGA !

👉 COMMENT DEVENIR CHAMPION DU MONDE POIDS LOURD DE KRAV MAGA ?

Maintenant que vous connaissez mieux Pierre allons le rejoindre avec cette première question.

Daryus : Quels sont les conseils du spécialiste pour nous améliorer au Krav Maga ? 😊

Pierre : Il y a la connotation condition physique et la connotation technique.

Comme je te l’ai expliqué, ma vision depuis que j’ai pratiqué les compétitions de combat de Krav Maga, je préfère une approche du combat vers la technique, qu’une approche inverse comme la plupart des pratiquants.

Grosso modo, c’est aussi simple que ça. On met les gants et les protections pour ne pas se blesser. On peut jouer le rôle d’un gars qui fait l’agresseur, qui te rentre dessus en coup de poing et en coup de pied. On voit comment tu réagis aux agressions, comment tu pares un crochet. 

À partir de ça, on développe la défense. Certains préfèrent tout de suite travailler à partir du « clinch ». Tandis que d’autres aimerons frapper en coup de coude, et enfin certains pratiquants mettrons des coups de genou.

Suivre instinctivement ce que l’autre va mettre en place, c’est subtil. Pour un pratiquant qui va préférer faire une projection, si tu lui apprends à donner un coup de poing à la place, ça ne passera pas.

Ça passe à l’entrainement parce que tu le fais au ralenti. Mais dès que tu es en situation avec de l’adrénaline, ou avant des insultes, une bousculade. Ton cerveau va se rebrancher instinctivement sur sa voix. Si tu t’écartes de ça, ce n’est pas bon.

Quand tu fais l’approche par le combat, tu vas trouver les portes d’entrée pour travailler ta technique derrière. L’aspect technique est vraiment riche. On peut faire des assauts à partir du sol, en étant à genou face à ton adversaire. 

Daryus: Effectivement, tu peux après rajouter d’autres d’éléments : le bâton, le couteau…

Pierre : J’aime bien travailler contre un mur, parce que je m’en sers souvent comme une arme. Je saisis mon adversaire en « clinch » et le projette contre le mur avant de mettre des coups de genou.

Après, le prendre la tête et le cogner contre le mur. Le mur peut te servir de point d’appui pour faire une clé ou une autre projection. Ça devient un support en situation réelle dans la rue.

Ça pourrait être contre une voiture ou un camion. Tu prends un appui contre quelque chose qui va bloquer ton adversaire ou ton agresseur. Ça peut être aussi son bras armé qui peut être bloqué contre un mur. Ça te donne un nouveau support. 

Daryus: Tu le vois en 3ᵉ Dan, ça ? Mon professeur va passer le 3ᵉ Dan de krav maga. Et je le vois, il commence à bosser des techniques contre le mur. Donc, c’est déjà un niveau assez avancé.

Mais c’est bien de le voir tôt. Plus tu le vois tôt, plus tu vas l’encrer dans ton cerveau. Plus tu le pratiques, plus ce sera facile à assimiler.

Pierre : Donc, il y a cette façon d’amener son travail « technique personnelle« . Ensuite, je crois plus que tout qu’il faut pratiquer en tenue civile. À se créer une pièce d’entrainement, où tu vas mettre une table.

Recréer un décor et t’entrainer dans ce décor avec un maximum de protection. Cela va vraiment différencier ton Krav Maga.

Il est très important de faire occasionnellement toute sorte de sports de combat : boxe, kickboxing, peu importe. Mais attention, le fait de faire un sport de combat conditionne dans le règlement du sport de combat et va donc créer des erreurs pour la self défense.

Par exemple, jamais de la vie un boxeur va te mettre une frappe dans les parties génitales ou au niveau des cervicales, c’est interdit. Très probablement, il va frapper avec les poings semi-fermés, donc il risque de se fracturer la main. 

Les lecteurs de cet article ont également lu : BOXE VERSUS KRAV MAGA !

Dans ton travail de self défense, tu peux travailler avec les « covers »(couverture à l’aide des coudes) en espérant que ton adversaire se brise les mains sur tes coudes. Je travaille de plus en plus à partir de ma garde, à frapper dans la garde de mon adversaire, de façon à lui briser les poings.

Il n’y a aucun boxeur qui fait ça. Pourtant, ça va être efficace parce que personne ne s’attend à ce qu’on frappe la garde, on s’attend à ce qu’on frappe une zone vitale. Mais si tu brises les mains de ton adversaire, il va être privé de beaucoup de possibilités. 

Si les sports de combat sont une très bonne chose par rapport à l’opposition, à la condition physique, à la technique. Ils deviennent un frein par rapport à l’aspect self défense. Aucun combattant de sport de combat ne viendra te mettre les doigts dans les yeux en « grappling », ou même te chopper les parties génitales. 

Lorsque je travaille sur Bob, « mon mannequin préféré« , je bloque mes mains derrière la tête et j’enfonce le pouce dans l’œil. Je termine souvent mes enchaînements de cette façon. 

Il faut penser à tout ce qui est interdit dans les sports de combat comme règle et l’utiliser en Krav Maga. Du coup, même si tu te faisais agresser par un champion de boxe Thaï ou de MMA qui sont très permissifs, il y a quand même des règles très contrôlées.

Tu pourrais faire face à un combattant relativement fort dans son sport, mais si d’entrée de jeu, tu étais exclusif sur une frappe qui est interdite dans sa discipline. Tu peux faire une grande différence.

La plupart de mes techniques de poings, je les frappe au niveau de la gorge. Et maintenant, je frappe beaucoup en position marteau à la place des crochets, c’est hyper puissant. Tu as le marteau de la main et la manchette de l’avant-bras au niveau du cou.

Je laisse tout le monde découvrir en travaillant sur ces façons-là. Par exemple, il y a aussi, le coup de pied, qui est extrêmement efficace. Son origine vient du kick boxing, le fameux « low kick », qui est une superbe forme de défense. 

Il faut voir aussi le côté législatif. Si tu frappes quelqu’un au niveau du visage, ce qu’on appelle la zone rouge, d’un point de vue juridique c’est très préjudiciable. Au niveau du tronc, c’est-à-dire des abdominaux et des parties génitales, tu es en zone orange.

Et dans les bras et les jambes, tu es en zone verte. Le « low kick »te permet de ne pas toucher une zone vitale de ton adversaire, tu ne vas pas le tuer en faisant un « low kick ». Tu peux littéralement par cette frappe, lui exploser le quadriceps.

C’est une arme hyper efficace à travailler pour la self défense. En boxe Thaï, ils le travaillent beaucoup avec le tibia, ce qui reste valable. Mais en extérieur, tu peux faire comme la boxe française, c’est-à-dire, frapper avec la pointe de ta chaussure. 

Dans cette vidéo vous pouvez voir comment effectuer des pointes en boxe française :

Savate Boxe Française : Réussir ses Pointes

Daryus: Oui, j’ai déjà eu ça. Ça m’a fait un hématome calcifié. J’ai fait de la boxe française avec un pratiquant, il m’a frappé dans la face interne de la cuisse et j’ai eu un hématome calcifié.

Ça prend des cellules osseuses, ça va sur le muscle et le muscle se durcit. Après ça, je ne pouvais plus marcher. Ça reste vraiment un très bon moyen d’immobiliser quelqu’un.

Pierre : A partir de là, suivant où tu veux pousser le curseur dans ta pratique de self défense, j’ai envie de dire que ta tenue vestimentaire journalière rentre beaucoup en compte. 

Daryus : Oui, c’est hyper important. Tu n’as pas la même mobilité avec un t-shirt ou une veste. C’est capital.

Pierre : C’est pour ça que mes chaussures de ville sont des chaussures de sécurité avec une coque. Mon jean, je peux faire le coup de pied jusqu’au « middle » sans aucun problème.

Ma tenue vestimentaire me permet toujours de courir, escalader ou ramper. Je pense à ma tenue vestimentaire pour n’importe quel type d’agression. 

Daryus : Pour résumer, pratiquer un maximum de combats, se mettre en mode réel et partir du combat pour se trouver sa propre technique, en fonction de son gabarit et de ses aptitudes

Pierre : C’est exactement ça. Aussi, tu dois apprendre à te servir de ton environnement. Avoir le déclic, quand tu rentres dans une salle, l’idée c’est de voir la sortie, les chaises…

Éviter de tourner le dos à une possible agression. Plutôt avoir le dos contre un mur ou une paroi. Ça devrait être du bon sens. Mais comme nous sommes dans une société où l’on préfère plutôt appliquer la politique de l’autruche, par rapport à des agressions. On se voile la face.

Alors on pourrait dire que tu deviens un psychopathe. Pas forcément. C’est d’être conscient de son danger, rester vigilant

Pour moi, c’est « ça » le Krav Maga.

Je peux très bien m’adresser à un judoka et dire qu’il a l’esprit Krav Maga, parce qu’il dit : « Moi, j’applique cette méthode. Par exemple, je pense que si je retire de l’argent à un guichet, je vais me mettre dans certaine position. Parce que je veux voir ce qui ce passe derrière moi.

Ou, quand je me balade dans la rue, je regarde dans la vitrine qui est en face de moi, pour voir le reflet des gens qui sont derrière moi. C’est une prise de conscience par rapport à son environnement et comment tu peux te défendre.

Donc, le bon réflexe est de se servir de son environnement : un mur, un meuble, un couvercle de poubelle, pour se défendre. 

Daryus : Comment obtenir une bonne condition physique par rapport à la pratique du krav maga ?

Pierre : Au niveau de la condition physique, le temps de travail qu’on a pu voir sur les compétitions, j’ai trouvé ça très bien. Pour moi les sports de combat s’écartent trop en termes de durée par rapport au combat. Surtout de façon plus spécifique par rapport à la filière énergétique dont a besoin en cas agression.

L’agression peut durer longtemps mais elle va souvent être très succincte et très violente. Il faut donc forcément habituer son organisme à des phases de travail très intenses et très courtes.

Un travail en fractionnés genre : 10 secondes de travail ; 10 secondes de pause, répété 6 fois, par exemple. Ça fait, finalement, une minute de travail entrecoupée de deux minutes de travail.

Mais avec une minute de travail effectif. Si tu fais ça en travail au sac, tu feras 10 secondes le plus vite et le plus fort possible, 10 secondes de relâche, tu répètes 6 fois.

Tu vas te retrouver sur une filière énergétique et une intensité dont tu as besoin dans une agression puissante. Tu peux travailler la même chose avec un partenaire ou en « grappling ». 

J’ai travaillé aussi de façon spécifique avec un masque pour bloquer la respiration. C’est beaucoup critiqué mais ça dépend de ce que tu recherches. C’est avant tout pour retrouver les effets du travail en altitude.

Par contre, ça te prive d’oxygène et ça va muscler ton diaphragme. Tu vas être obligé de forcer plus sur ta respiration et de t’habituer à ce manque d’oxygène. Je l’ai fait, parce que comme je savais qu’au championnat du monde j’allais travailler avec un casque, je me suis habitué à respirer comme ça

Dans ma salle d’entraînement, j’ai une corde de « crossfit » sans fin, où tu vas assimiler une montée de corde. La corde forme une boucle au niveau d’un anneau pour qu’elle soit plus ou moins dure.

Mon entrainement se déroulait comme ça : 10 secondes, je tirais le plus vite possible, je récupérais 10 secondes. J’ai trouvé que ce type d’effort représentait assez bien les efforts qu’on fait quand on est en lutte en corps à corps. 

Donc, un travail spécifique comme ça pour la condition physique, c’est idéal. Tu pourras aussi le retrouver au travers de pompes. Tu fais 10 secondes un maximum de pompes, 10 secondes tu récupères. 

Daryus : Tu peux le faire également sous forme de « burpees ». 

Pierre: Oui et en fait, avec les exercices comme ça, au lieu de faire un maximum de « burpees », t’es allongé à plat ventre, tu as réglé ton chrono, tu fermes les yeux et dès qu’il y a le bip, tu réagis, tu places ton « burpee » le plus vite possible.

Puis tu te rallonges et tu attends la prochaine sonnerie. Donc l’idée à ce moment-là, quand tu t’allonges sur le ventre, c’est de ne pas être en tonus musculaire, de te relâcher complètement.

Tu libères toute ta force, dans les jambes, les abdos. Tout est totalement relâche et dès que ça sonne, tu recrutes tout ton corps instantanément.

Vous avez un combat virtuel, mis en place pour l’occasion, bon entrainement 😀 :

Daryus : La dernière question : est-ce que tu vas faire un autre championnat du monde ?

Pierre : En fait, non. J’ai repris la compétition, j’avais stoppé à peu près pendant une quinzaine d’années. Ce qui m’a fait revenir, c’était un petit peu la compétition technique, parce que j’étais intrigué.

Ensuite, la compétition combat parce que c’est ce qui m’intéresse le plus et pour moi c’est une voie de travail. Je ne considère pas la compétition comme telle, mais comme une façon de m’entraîner. 

Dayrus : D’accord, est ce que tu passerais dans autre catégorie, comme tu as 44 ans ?

Pierre : En fait, j’ai remporté le titre de la catégorie senior qui va de 18 ans à 44 ans. Donc j’étais parmi, sûrement même, le plus âgé de ma catégorie. 

Daryus : Est-ce que dans l’autre catégorie, il y a du monde ?

Dans les 45 ans et plus ?

Pierre : Oui, tu as du monde. Tu as deux niveaux vétérans. Ça doit être de 45 à 55 et puis au-delà de 55. Ça doit être découpé comme ça. 

Ce que j’ai expliqué aux journalistes quand ils m’ont posé la question : si j’avais terminé aux portes du podium, si j’avais fait 2ᵉ ou 3ᵉ, j’aurais encore les crocs et je te dirais : « Évidemment je vais faire le prochain, je vais m’entraîner. »

Maintenant, je n’ai aucune prétention sur le fait de dire que je suis le meilleur. J’ai réalisé une performance sportive qui est exceptionnelle à mon âge. Peu de sportifs sont capables de revenir 15 ans après, devenir champion de France et champion du monde poids lourd de krav maga.

Donc, j’ai su tirer intelligemment mon épingle du jeu, j’ai réussi une « perf ». Pour moi, c’est une performance sportive, ce n’est pas que je suis le meilleur en Krav Maga. Maintenant, refaire ce type de compétition en vétéran.

Ça ne me motive pas spécialement plus que ça, ce n’est pas ce que je recherche. Ce qui m’intéresse, c’est la self défense en agression de rue.

Daryus : Oui, revenir à des méthodes de combat réel et beaucoup plus proche du Krav maga. 

Pierre : Oui, Mais la compétition combat est une très bonne idée. Et ça ouvre les yeux sur une bonne pratique. Par contre, il s’est passé en moi un autre phénomène intéressant. Après le titre de championnat du monde, je me suis senti vidé, mais pas dans le bon sens du terme. C’est-à-dire, je ne savais plus sur quoi me diriger.

Daryus : Oui, tu as atteint ton objectif. Moi, je me suis lancé comme défi la ceinture noire et pour l’instant, je veux ma ceinture noire de krav maga parce que ça fait 20 ans qu’on m’envoie à droite et à gauche en tant que militaire. Et je n’ai jamais pu passer de grade.

Je veux l’avoir cette ceinture noire parce que je veux me prouver que j’en suis capable. Et je pense que je vais me retrouver comme toi, une fois que je vais l’obtenir. Je ne sais pas trop ce qu’il y aura après. 

Pierre: Oui. Je me suis documenté un peu là-dessus, très léger. En fait, c’est un syndrôme que rencontrent beaucoup de sportifs de haut niveau, mais également des chefs d’entreprise ou autres.

Peu importe ce que tu fais, à partir du moment où tu as atteint ton objectif ultime qui n’est pas repoussé. Parce que finalement, quand tu dis champion du monde et que tu finis 3ᵉ, le titre est encore là.

Tu veux encore rêver, tu as encore envie d’aller plus loin. Une fois que tu l’as atteint, il y a aussi des compétiteurs qui ont envie de réitérer. 

Daryus : C’est ce que tu voulais, ce titre. Mais est-ce que tu pensais vraiment que ça allait se faire en une fois, ou tu t’étais dit : «Si je le rate, je vais réessayer une 2ᵉ ou une 3ᵉ » ? 

Pierre : J’aurais réessayé, mais ce n’est pas comme ça que j’ai abordé les choses. Je me suis vraiment dit que je me donne toutes les chances pour y arriver.

Dans ma préparation, je m’entraînais comme le champion, je ne m’entraînais pas comme celui qui veut devenir champion. J’ai essayé d’être avant-gardiste par rapport à ce qui était autorisé avec le règlement. 

Je sais sur quoi mes adversaires ont perdu du temps dans leur préparation. Tu as le droit de combattre au sol mais il faut bien comprendre qu’au sol, tu n’y passes pas beaucoup de temps.

Tu as les 10 secondes, tu vas avoir la première confrontation où l’on se rentre dedans. Ça prend deux ou trois secondes. Il va y avoir un peu de lutte debout avant d’aller au sol. Si tu vas au sol, ce qui n’est pas dit, ça va encore faire deux ou trois secondes.

Finalement, il te restera trois à quatre secondes au sol, c’est trop court pour placer une clé, tu n’as pas le temps de faire ça. Je l’ai compris tout de suite.

J’ai travaillé le fait de ne pas aller au sol. J’ai travaillé ma lutte debout, empêcher mon déséquilibre.

Si j’allais au sol, mon objectif était de bloquer le gars pour qu’il ne puisse pas me mettre un coup de couteau. Ne pas perdre de l’énergie inutilement, de façon à être frais sur les assauts suivants. 

Je sais que beaucoup ont travaillé des heures et des heures sur du Jujitsu, des choses comme ça. Tant mieux pour moi, ils se sont égarés dans le règlement.

Effectivement, on rencontre quelques gars qui vont me mettre une clé et m’étrangler. Sur ce qui était demandé, on en avait pas besoin.

Dayrus : C’est ce qu’on dit souvent. Tu sais la loi de Pareto, de travailler intelligemment, du 80/20. Tu as lu le règlement, tu l’as appliqué « bête et méchant ».

Tu t’es dit : « C’est ça qu’il faut que je travaille. » Dans les 10 secondes qui me sont donné, il peut arriver telle ou telle situation, le résultat est là. Travailler simplement et efficacement, comme le Krav Maga.

Pierre: C’est ça. Mes objectifs maintenant, par rapport à mon résultat, j’ai quelques pratiquants qui se sont rapprochés de moi pour que je les prépare.

On préparait initialement le championnat de France, qui devait avoir lieu le mois d’avril 2020 mais qui bien sûr, au vu des circonstances, va être annulé. Ce n’est pas grave, ce n’est qu’une partie remise pour la saison prochaine. 

Forcément, mon titre ramène des gens qui ont envie de se confronter à la compétition auprès de moi. C’est tout à fait normal et je les prépare pour ça. À côté de ça, au sein de la Fédération, depuis le début de la saison, j’ai été nommé RTR (Responsable Technique Régional) au niveau des pays de la Loire.

Et ça n’a aucun rapport avec mes titres. L’objectif est de développer le Krav Maga au niveau de ma région, les pays de la Loire, avec des stages notamment. Par exemple, j’anime des évènements en rapport au 25 novembre, qui est la journée internationale des violences contre les femmes.

À ce moment-là, j’ai fait un gros stage, un week-end. Ensuite, on a ouvert la porte jusqu’aux vacances de Noël aux femmes pour qu’elles viennent pratiquer la self défense à 1 euro la séance au club. 

Dernièrement, c’était la journée de la femme. J’ai fait la même chose, un samedi après-midi sportif à base de Krav Maga. 

Retrouvez dans cette vidéo cette journée dédiée à la self défense féminine :

L’infiltrée du Dimanche : Découverte du Turbo Kick Power – Samouraï 2000 – Le Mans

Daryus : Et l’engouement au niveau des femmes ?

Pierre : Il est important, là-dessus on peut répondre justement à une question parlant de « ménagère » où on dit : « C’est jeter la poudre aux yeux à une ménagère de lui dire de faire un cours par semaine. » Ma réponse est : oui et non.

Oui, même avec un seul cours, un seul stage, tu vas pouvoir ramener quelque chose de pertinent. Je te le disais un peu plus haut dans notre interview, c’est qu’on vit dans une société où les gens vivent  » la politique de l’autruche « , en termes d’agressions.

Par exemple, il y a des personnes alcoolisées à côté du guichet automatique où je veux retirer de l’argent, mais je vais quand même y aller parce que ce n’est pas bien d’agresser les gens.

Je ne vais sûrement pas me faire agresser et ça va se passer normalement… Et quand tu expliques aux gens, la personne te répond : « Si, j’y vais parce que j’ai le droit ». 

Dans mes formations de self défense sur une séquence comme celle-là, j’ouvre des notions sur la distance de sécurité par rapport à une autre personne. La tenue vestimentaire, peut-être les talons aiguilles ne sont pas le mieux pour courir. 

Dayrus : Elles peuvent prendre les talons aiguilles quand elles rentrent dans la boîte et en sortant de la boîte, elles mettent les petites baskets, comme on voit souvent.

Comme ça, elles peuvent courir vite, se battre… Ça ouvre un champ de possibilités, autre qu’avec des talons.

Pierre : Voilà. Donc, sans même travailler sur de la technique ou quoi que ce soit, on peut, en prise de conscience, éveiller l’esprit des gens. Et ça, ça fait déjà pour beaucoup. Là, tu amènes quelque chose.

Évidemment, quand tu parles de savoir se défendre : bloquer une gifle et faire face à un agresseur. Par exemple les violences conjugales, tu es enfermé chez toi avec quelqu’un qui va être ultra violent, où il y a un déséquilibre de force, où tu ne peux pas fuir parce que tu vas avoir les enfants dans une autre pièce.

Qu’est-ce qu’on fait là-dessus ?

Évidemment, ça demande de l’entraînement.

Dayrus : Non seulement ça demande de l’entraînement, mais comme c’est en milieu familial avec les enfants, ça devient vraiment délicat. Je pense qu’il y a plus une notion psychologique, elle est déjà sous l’emprise de son mari qui la tape, c’est vraiment une dimension à part.

Ce que tu peux amener c’est par rapport à une agression dehors, directe. Effectivement, il ne faut pas qu’elle se prenne pour ce qu’elle n’est pas.

Pierre : Il y a une bonne suggestion à faire là-dessus. Souvent, quand j’ai un groupe de femmes comme ça, je sais très bien la réponse que je vais avoir. À un moment donné, il y a une femme qui me dit : « Je pars en courant, parce que la fuite est la meilleure défense. »

J’ai 20 ou 30 femmes devant moi, et je leur dis : «Je suis d’accord avec vous. Maintenant, laquelle d’entre vous est capable de courir plus vite et plus longtemps que moi ?» La réponse est : aucune d’entre vous, et ce n’est pas être misogyne. 

En situation d’agression, si tu pars avec le stress en courant immédiatement, en plus avec des talons aiguilles, à un moment donné l’agresseur va te rattraper. Tu vas être totalement paniquée et tu vas subir encore plus la fureur de ton agresseur.

Donc fuir, oui, mais pas n’importe comment. En mettant éventuellement un coup d’abord, un coup d’arrêt. Pour en revenir à ce que tu disais, éventuellement avec les talons aiguilles, tu retires ta chaussure, tu frappes avec, tu la lances et après tu peux partir. 

Faut organiser la suite. Dire dans un premier temps que tu vas partir en courant n’est pas forcément une bonne chose. Je vais démystifier aussi très vite le fait de frapper dans les parties génitales.

Souvent les filles se disent : «Je mets un coup dans cet endroit là et je suis tranquille. » Souvent ça marche, mais à la grande surprise, et pour l’avoir vu moi-même en situation de stress, tu as des gars qui ne tombent pas avec un coup de pied dans les parties génitales.

Dayrus : Oui, je sais. Je me suis déjà battu avec des agresseurs dans ces conditions, après une frappe « aux parties » aucune réaction, je n’ai pas compris ! 

Pierre : Oui, surtout que maintenant, tu as de plus en plus d’utilisation d’alcool, d’une part, mais aussi de stupéfiants de toutes sortes. A priori, le gars a mal le lendemain, mais sur l’instant, ça ne le sèche pas.

Daryus : Oui, alors qu’un coup à la gorge ou au plexus sèche ton agresseur, parce que c’est physiologique. Tu coupes l’oxygène donc forcément plus de son, plus d’image.

Les lecteurs de cet interview ont également lu : COMMENT IDENTIFIER LES POINTS VITAUX EN SELF DÉFENSE ?

Pierre : C’est ça. Donc répondre à la question sous la forme d’un stage en mettant en avant les principes de base de distance de sécurité, ça forme les gens, ça les rend tout de suite plus efficaces, parce qu’ils sont plus alertes. 

Ce qui est en termes de défense par rapport à une agression, la réalité est qu’il faut s’entraîner, bien sûr, deux à trois fois par semaine. Évidemment, plus tu vas t’entraîner dans le temps, plus tu seras efficace.

Justement, l’intérêt du Krav Maga est de recréer des entraînements où tu te mets en situation de stress. Une chose qui ne se fait jamais en sports de combat, c’est de travailler toute la partie préparatoire à l’agression.

Tout ce qui va être l’intimidation : les insultes, les bousculades. Tout ça va changer plein de choses. Tu n’es pas à une distance de sécurité par rapport à ton adversaire et tu ne te mets pas en garde, tu n’attends pas le signal de l’arbitre. 

Dayrus : Oui, Les mains autour du visage, tous ces rituels à mettre en place en poste agression.

Pierre : Oui, tu as tout ce qui est garde déguisée, qui est super intéressante. 

Dayrus : Oui, une position à l’italienne. Je l’ai lu dans un article 😉 . Je remettrai l’article en dessous pour ceux à qui ça intéresse. 

👉 AGRESSION : LE POINT DE NON-RETOUR

Tu es revenu à des fondamentaux, à de l’instruction. Ton rêve a été accompli en étant champion du monde et là tu viens donner des cours et pratiquer le coaching.

Franchement, c’est bien. Il y a cette notion de transmettre ton savoir au plus grand nombre. Avec la magie d’internet et de YouTube, on peut encore augmenter cette dose, si on peut dire. 

Pierre : Il y a quelque chose qui est extrêmement intéressant dans le fait de transmettre. C’est presque aussi la meilleure façon d’apprendre. Quand tu enseignes quelque chose à quelqu’un d’autre, tu vas avoir des élèves qui vont comprendre tout de suite, ce ne sont presque pas les plus intéressants.

Mais ceux qui ne vont pas comprendre tout de suite, ou qui vont avoir des problèmes de condition physique ou de technique pour reproduire quelque chose.

Là, tu vas devoir adapter ton enseignement : l’expliquer différemment et mettre en place d’autres systèmes d’entrainements.

Quand tu vois tes pratiquants faire les mouvements, tu as une autre vision de l’apprentissage et de la pédagogie. D’une autre façon, finalement, ça t’apprend aussi. Tu continues à progresser. Tu te dis : «Je ne voyais pas le mouvement de défense de cette façon, mais en l’abordant, comme mon élève l’a fait intuitivement, c’est mieux. »

Je ne m’enferme pas dans un Krav Maga codifié. Faut le faire évoluer. Ce sont les principes de base en principe du Krav Maga : ce qui marche est gardé, ce qui ne marche pas est retiré.

Puis, ce qui marche dans un contexte avec un équipement militaire n’est pas la même chose que quand tu es en civil. La discipline, pour moi, doit vivre en permanence.

Il n’y a pas des choses qui sont vraies ou fausses, il y a des choses qui sont adaptables dans un contexte. L’idée, pour moi, c’est ça, c’est sur ça que je veux continuer à progresser. 

Dans ma recherche de progression, j’ai la chance de travailler dans un club d’arts martiaux, donc d’être entouré de « profs ». Mon seul problème est de pouvoir m’entraîner avec eux, parce que forcément quand je travaille, ils travaillent.

Je donne des cours jusqu’à 21h30 le soir. Donc c’est de m’aménager des créneaux pour bosser avec eux. Le prochain challenge qui m’intéresse, parce que je me suis rendu compte que j’y étais souvent confronté.

C’est finalement de la lutte debout, style lutte gréco-romaine. Je trouve ça très intéressant. Mais comme je te le disais, ce qui m’intéresse, c’est le sport, et ensuite dévier du sport pour le côté martial, côté rue.

Daryus : Oui, s’adapter. La tenue n’est pas la même, les conditions autour ne sont pas les mêmes. 

Pierre : Donc, ce travail de lutte m’intéresse, le travail de « clinch » en Boxe Thaï est extrêmement riche. Perfectionner quelques contrôles au sol, m’améliorer sur le maniement des armes.

J’ai vu en ce moment, il y avait des choses intéressantes qui émergeaient. J’ai oublié le nom mais tu as maintenant une escrime au couteau qui commence à se mettre en place. 

L’escrime au couteau ça peut ressembler à ça :

Demo Fclub couteau Tolpar

Dayrus: Ah d’accord. Je ne connais pas du tout. Je regarderai, je ferais une recherche.

Pierre: Oui. Couteau contre couteau. Je trouve ça intéressant avec une certaine limite. Des combats où on pourrait combattre avec des armes comme ça, ce serait pas mal, je trouve ça intéressant. 

Daryus : Pour moi, le couteau reste vraiment l’une des meilleures armes. Avec un couteau, c’est simple d’utilisation, tu en trouves de partout, tu peux faire des dégâts monstrueux. 

Pierre : Si je reprends ce que tu viens de dire, par rapport au championnat du monde, comme on pouvait prendre ce qu’on voulait comme arme. Pour ma part, j’ai systématiquement pris le couteau.

Quand tu te retrouves en corps à corps avec un bâton, tu es quand même ennuyé avec la distance. Tandis qu’avec le couteau, ça passe partout

Daryus : On a passé vraiment la matinée à discuter et je te remercie du fond du cœur d’avoir pris du temps pour nous expliquer tout ça.

Je te laisse le mot de la fin.

Pierre : Je suis très content d’avoir fait ta connaissance, de développer le Krav Maga avec passion comme tu le fais, avec un esprit ouvert. Je souhaite une longue vie à ta chaîne.

Daryus: Merci, c’est gentil. Venant de ta part, ça me touche. T’inquiètes pas, elle va encore durer longtemps, c’est clair 😊. Merci, c’est cool. 

Pierre: Au plaisir.

Daryus : On va se retrouver, c’est sûr. Puis, je trouve que tu as beaucoup de choses à nous enseigner, notamment au couteau. Ce sont vraiment des techniques que je ne maîtrise pas.

Alors quelqu’un qui a autant d’expériences que toi, je suis preneur. Et tous les lecteurs et spectateurs qui me suivent, je pense que ça leur apportera beaucoup. 

Pierre : Ma prise de conscience, c’est vraiment cette dernière préparation qui date d’avril dernier. Avant, je sous-estimais l’efficacité qu’on pouvait avoir avec une arme. Je me disais : «Je mets un bon crochet de boxeur, ça va calmer le mec. »

Mais n’importe qui peut s’acheter un bâton télescopique. Un petit coup fouetté sur le bout de la main… Un combattant qui se sert d’un bâton télescopique, tu ne vois pas le jour.

Tu peux être le champion de ce que tu veux, en pieds-poings ou en « grappling », tu prends super « cher » avec cet arme. 

J’incorpore maintenant, dans ma pratique de Krav Maga, le maniement des armes. Pas uniquement en défense mais également en attaque. Plus tu sais te servir d’une arme, mieux tu vas comprendre cette dangerosité.

Donc, quand quelqu’un va tenir une telle arme face à toi, tu vas tout de suite déceler dans sa position s’il sait s’en servir. Donc, j’y vais ou je n’y vais pas.

Daryus : C’est clair. De toute façon, je vois le couteau, je prends tout ce qui est autour et je rentre en confrontation. Il faut balancer les choses, mettre une interposition.

Ce n’est pas toujours le cas, tu peux être dans un ascenseur ou dans un milieu clos, mais il faut essayer tant que possible de mettre quelque chose entre toi et ce couteau.

Pierre : On me dit souvent : «Moi, face à un couteau, je ne cherche pas à comprendre, je me barre. » D’accord, mais reprenons le cas de figure où tu es dans un ascenseur, tu te barres comment ?

Il va bien falloir que tu luttes.

C’est une situation désespérée, mais c’est le but du Krav Maga. À l’origine, tu as un pistolet sur la tempe, tu as une chance sur 100 de sauver ta vie, l’idée du Krav Maga à l’esprit, c’est de t’en sortir.

Tu tentes cette chance même si elle est très infime. Tu es dans un ascenseur, tu as un gars ou deux agresseurs qui sont armés. Tu as peu de chance de t’en sortir mais au lieu de faire l’agneau, tu décides de te battre. Oui, il va y avoir des blessures, peut-être que je ne vais pas m’en sortir, mais au moins j’aurais essayé. 

Voilà, cette série est terminée. Au départ, c’était une vidéo mais en plein confinement, on nous a réduit le débit, alors l’image ne bougeait plus.

Donc j’ai préféré transformer cette vidéo en plusieurs podcasts et article, pour que vous puissiez vraiment profiter de son expérience de champion du monde de krav maga.

Et vous avez vu, cette expérience est très riche.

Il ne faut pas trop s’attarder sur la qualité audio mais attardez-vous plus sur le fond qui contient des pépites d’information. Je vous laisse sur ces mots. Ça m’a fait très plaisir d’avoir Pierre avec nous, que je remercie encore.

Vous avez un entrainement virtuel à mettre en place et matière à rendre vos combats plus explosifs.

On se retrouve pour des prochains collaborations avec de l’audace, toujours de l’audace et encore de l’audace. À bientôt. 

Et vous les nouveaux audacieux et audacieuses que pensez-vous de ce nouveau format et de notre champion ?

RESSOURCES :

Samouraï 2000 Le Mans

Imi Lichtenfeld

Krav-maga

 Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées (Arts Martiaux Vietnamiens, Krav Maga, Yoseikan Budo, F. Contact, Wushu, AMSEA).

Tolpar
Escrime Lame Courte
: https://www.kragma.org/tolpar-escrime-lame-courte/tolpar-escrime-couteau/

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    53
    Partages
  • 53
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *