COMMENT DEVENIR CHAMPION DU MONDE POIDS LOURD DE KRAV MAGA ?

De la ceinture blanche à la noire avec de " l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace..."

Nous avons tous des rêves, mais très peu de personnes passent à l’action concrètement pour les atteindre. Imaginez-vous à l’age de 14 ans, inspiré par des célébrités comme « Bruce Lee ». Vous rêviez de devenir vous aussi un champion. 🏆

Pierre Terouanne est passé du rêve à la réalité. Il devient le nouveau champion du monde de poids lourd de krav maga à 44 ans.

Vous voulez savoir comment cela c’est passé, alors cette interview vous donne tous les secrets pour devenir vous aussi, pourquoi pas, le nouveau champion du monde de votre catégorie !

Une chose est sûre, connaitre les stratégies que Pierre Terouanne a mis en place, vont nous permettre de booster notre self défense et plus particulièrement notre krav maga.

Mais avant, je vous invite à visionner cette vidéo, si ce n’est pas déjà fait 😉. Elle vous présente pierre Terouanne, un combattant emprunt de sagesse et d’humilité.

PIERRE TEROUANNE: interview du champion du monde de krav maga

Maintenant que vous connaissez Pierre nous pouvons commencer ce deuxième volet :

Daryus : on se retrouve, on a fait une petite pause, vous mettez deux passionnés de krav maga ensemble, ça peut durer vraiment longtemps. Il y a beaucoup de chose à dire sur le krav maga.

C’est ce que j’aime aussi dans cette discipline. Il y a énormément de dimensions, entre la self défense, la dimension combat, ça donne vraiment un krav maga très riche.

Alors comment se déroulent les championnats du monde de krav maga ? J’aimerais connaitre les règles et l’ambiance…

Pierre : La fédération avait mis en place, il y 4 à 5 ans un championnat du monde technique. Il y a eu même plusieurs championnats de France. Maintenant, il a deux championnats du monde.

Au moment, où je participais à mon championnat du monde combat. La fédération avait fait le championnat du monde technique. C’était le deuxième championnat du monde technique et le premier championnat du monde combat.

Pour expliquer le championnat du monde technique. Tu prépares une chorégraphie sur une minute trente avec un partenaire. Et à tour de rôle ou pas, ça c’est libre, vous enchainez des attaques, des agressions et des défenses à mains nues, avec un couteau et un bâton. Ce sont les armes qui sont retenues dans la fédération.

Et puis quand ta prestation est terminée, tu es noté par rapport à une autre équipe qui est tirée au sort, avec un système de drapeau. C’est celui qui obtient le plus de drapeaux qui passe au tour suivant.

Ça se déroule comme ça, c’est un championnat par tour éliminatoire classique. C’est assez physique, ce qui est intéressant, c’est que tu peux intégrer ton travail personnel.

Par exemple : en ce moment je suis en train de travailler telle ou telle clé, tient je vais la glisser dans ma chorégraphie, ça fait une sorte de kata avec un partenaire.

 
Daryus : Effectivement, les passages de grades, je les appréhende comme des katas, je les apprends par cœur, et je les annonce avant de les exécuter. 


Pierre : voila, j’avais fait un retour à la compétition sur les championnats techniques, mon meilleur résultat, c’était 3e au championnat de France.

Vous avez une explication également dans cette vidéo :

Nouveau format de compétition : Championnat de France Combat Krav Maga

Il faut dire que c’est un niveau très élevé. Ceux qui vont commencer dans les années avenir, ils vont avoir une concurrence qui va être difficile à déstabiliser. Parce que le niveau est très rude.

J’espère qu’il y aura du monde à venir sur ce type de compétitions, parce que c’est très enrichissant.

Si je veux mettre en avant un des défauts sur ce type de pratique, et pourquoi j’ai notamment arrêté. On revient au problème vu dans l’épisode précédent, sur les arts martiaux où tu ne frappes pas.

En opposition aux sports de combats où tu travailles en contact. C’est que dans ce type de défense, tu dois également mimer. Si tu veux rentrer un peu plus dans le jeu, quand tu prends un choc et montrer que tu es touché.

Tu te conditionnes presque psychologiquement, lorsque tu prends un démarrage de coups à plier. Cette idée-là, elle ne me plait pas trop. Cela fausse la réalité. Je me suis rendu compte à l’entrainement, un peu plus poussé, type combat, que je commençais à remîmer ces gestes-là.

Donc, ça ne m’intéresse pas du tout. Je veux l’effacer de mon système nerveux. Tu prends un coup, ce n’est qu’un coup, ce n’est pas grave, il faut continuer ton combat bien évidemment.

Je me suis écarté un peu de ce type de pratique, parce que j’en avais fait le tour. Mais je reconnais que c’est intéressant et que le niveau est bon. J’avais totalement arrêté, et la fédération a annoncé un championnat de France qui a eu lieu au mois d’avril 2019.

En regardant le règlement je m’aperçois que c’est un championnat de France combat. J’étais intrigué, je vois des gars avec des casques e des gants de MMA. Je me dis « tiens ! C’est bien ça  »  et surtout l’utilisation des armes.

Je regarde plus précisément le règlement et je suis interpellé parce que ce sont des assauts de 10 secondes qui me paraissent extrêmement brefs. Par rapport à ce que j’ai connu en boxe, avec des rounds de 2 minutes ou des assauts de karaté de 3 minutes. 

Lors de ma préparation, j’ai trouvé que 10 secondes ça peut être très long. Selon les situations. Par exemple quand tu es contre un mur, plus précisément dos au mur, et que ton agresseur a le feu vert pour te poignarder, 10 secondes c’est vraiment très très long.

J’ai repris des scenarios de défense ou je me retrouve enfermé dans une cage d’ascenseur, 10 secondes c’est effroyable, ce qui peut se passer avec un couteau ou un cutter.

Les lecteurs de cet interview ont également lu cet article :

Cet exemple-là, rapproche assez bien de la réalité finalement. Ce qui me plait, ce que l’on rentre totalement dans l’esprit du krav maga, c’est-à-dire que ta stratégie ne se développe pas totalement lors de l’agression.

Mais tu la prépares en amont. Au moment de l’agression, ce ne sont que tes réflexes qui doivent ressortir. Tout ce que tu as travaillé avant ne compte plus, parce qu’à ce moment précis, tu ne peux plus réfléchir.

Si tes réflexes travaillés en entrainement ne sont pas en accords avec ta morphologie, et si c’est un style trop « téléphoné », alors ça va peut-être marché pour 5 personnes sur 10. Mais pas pour tout le monde.

Si tu as travaillé des réflexes qui ne correspondent pas à ton système nerveux, ça ne fonctionnera pas

Daryus : oui effectivement, j’ai un exemple par rapport à mon travail du couteau au sol. Je suis tellement grand (1,98 m) que j’ai dû trouver des techniques pour me relever plus rapidement. Et prendre en compte la distance et ma morphologie.

Je pense que chaque personne en fonction de sa morphologie, doit mettre un système de défense en place. Je te rejoins là-dessus.

Pierre : pour reprendre cet aspect, cette façon de travailler, va au dessus de la simple compétition et surtout améliore le travail technique dans son ensemble. J’ai mis en place un schéma pédagogique totalement différent par rapport à avant.

C’est-à-dire qu’avant, je travaillais la technique et ensuite je l’amenais au combat, mais maintenant je fais l’inverse. Je combats, je regarde où sont mes réflexes, ceux de mes élevés, et je mets des techniques en place

Tu te rends compte souvent que sur un geste de défense, on ne va pas tous réagir de la même façon. C’est une excellente manière de développer son propre style de défense

Au mois d’avril, à lieu ce premier championnat de France, il s’est bien déroulé. Parce que je l’ai remporté dans ma catégorie poids lourd. Je me souviens plus trop, mais j’ai dû faire entre 3 et 4 combats. 

Daryus : les poids lourds sont compris dans quelle tranche de poids ?

Pierre : plus de 84 kg, et tu avais des adversaires qui dépassaient les 100 kg …

Daryus : tu connais Karim Clemenceau ?

Pierre : oui, on s’est déjà croisé, je sais qui s’est, parce que j’ai vu des vidéos de lui, maintenant lui, est ce qu’il sait qui je suis, ça je ne sais pas. Parce que c’est marrant, au championnat du monde nous étions assis à côté dans les tribunes. Mais nous n’avons pas plus échangé, à part la simple courtoisie.

Daryus : je te posais la question parce qu’il est l’ami d’Aton B, sur le quel j’ai fait un podcast. C’est comme ça que j’ai connu karim clemenceau. Je suis allé voir ce qu’il pratiquait et j’ai découvert qu’il avait également participer au championnat du monde de krav maga.

Pierre : il a fait de belles vidéos, j’en ai vu beaucoup en cherchant krav maga sur YouTube

Daryus : d’ailleurs s’il écoute notre podcast et s’il veut que je l’interview, c’est avec un grand plaisir  » au passage « .

Pierre : je me suis rendu compte par rapport aux autres combattants que j’avais été plus malin, en me servant du règlement sportif. C’est-à-dire, comme ce sont des agressions de 10 secondes, petite précision, au championnat de France on ne tournait pas le dos à l’adversaire. Il y a eu une évolution entre le championnat de France et celui du monde.

Quand tu étais défenseur, tu te mettais dans un coin de tatamis. L’agresseur au milieu, on pouvait voir l’arme qu’il prenait, mais au championnat du monde on ne savait pas.

Et tu avais la règle suivante qui était établi, si tu avais pris le couteau au premier round, tu n’avais pas le droit de le reprendre après.

Par contre au championnat du monde c’était carrément aléatoire, et tu pouvais prendre plusieurs fois la même arme. Je pense que le règlement étant fait ainsi, on n’est pas noté sur l’attaque mais sur la défense.

Et beaucoup de mes adversaires se sont préparés uniquement sur la défense. Pour ma part j’ai vu la possibilité inverse, je me suis dit, si je mets en place des bonnes attaques, ils ne maqueront pas de points en défenses. J’ai travaillé en Kali Arnis Eskrima. J’ai la chance dans mon club, d’avoir un ami qui pratique cette discipline.

Il a commencé a m’enseigner le kali, avec le maniement du couteau et du bâton. Cette pratique a réveillé un point fondamental par rapport au krav maga.

Et plus particulièrement en self défense. Je sous-estimais de façon trop importante la dangerosité d’une arme. J’étais trop enfermé justement dans un travail technique classique, en me disant « ça devrait aller ».

Mais tu fais une heure de cours avec un instructeur qui sait se servir d’un couteau, il te montre les rudiments. Et c’est vraiment incroyable avec très peu d’entrainement, l’efficacité que tu peux avoir. Tu deviens redoutable.

À partir de là, je me suis beaucoup entrainé au couteau et au bâton. Et notamment une technique que j’ai mise en place au championnat du monde. Je pense que cela suivra après, c’est changer mon arme de main.

eskrima philippines

C’est-à-dire, quand j’arrive au corps à corps l’adversaire me bloque mon bras, à ce moment précis, je change le couteau de main soit dans le dos ou devant. Du coup comme il est bloqué, un peu comme dans un accident de voiture, tu te cramponnes à ton volant.

Quand tu saisis le bras armé d’un adversaire, tu te cramponnes aussi sur son bras et tu restes focalisé sur ça, mais s’il change l’arme de main. Alors 10 secondes, c’est presque trop long.

J’ai beaucoup travaillé cet entrainement, ça m’a permis de surprendre plusieurs de mes adversaires. Et dans mes contres, j’ai tout de suite cherché à faire mal. Mon premier punch, lors d’un combat j’ai cassé le nez de mon adversaire au travers du casque. L’arbitre du combat à même voulu me disqualifier. Pourtant le ko était autorisé.

Le plus dur dans ma préparation pour le championnat du monde, ce sont les règlements établis. Cela t’oblige à t’adapter en permanence sur les différents tatamis. Surtout sur la parti combat qui était trop confuse. Tu avais le droit de frapper au sol. Mais qu’à partir du moment où tu contrôles tes frappes. Le règlement était trop subtil.

Je me suis dit, si je vais au sol, alors je ne frapperais pas, je maitriserais avec de la lutte. Le championnat de France se passe bien et j’apprends qu’il y a un championnat du monde en France.

Là je vois mon rêve d’adolescent de 14 ans se profiler devant moi. L’occasion de devenir un grand champion. C’est un grand tapis rouge qui se déroule devant moi, jusqu’à mes pied et je me dis : c’est pas possible !!!

Ma préparation au championnat du monde a été très particulière pour plusieurs raisons. Tout d’abord, je l’ai mieux ciblé, j’ai même fait de la sophrologie. Je me suis préparé mentalement. En même temps, j’ai eu des soucis de santé, ça a même remis en question ma participation au championnat du monde.

Je ne pouvais plus courir, sauter… Etc

Daryus : On peut savoir ce que tu as eu ?

Pierre : J’ai fait une infection urinaire, jusqu’à uriner du sang. C’est comme si on te mettait un coup de tibia dans les parties génitales. J’ai fait mon championnat du monde dans ces conditions. C’est pour cela que je n’ai pas fait beaucoup de coup de pied. (rire)

Donc j’ai dû revoir toute ma stratégie d’entrainement. Ça a été finalement intéressant, de se retrouver dans cette situation difficile. J’ai pu revoir ma stratégie de combat, ma stratégie de préparation physique…

Daryus : On peut imaginer ce que ça aurait pu être si tu n’avais pas été blessé.

Pierre : C’est assez amusant, parce qu’après mon championnat du monde, mon entourage m’a félicité, notamment les « sparrings partners » avec qui j’ai combattus. Il y a un qui est venu me voir, il m’a dit quelque chose de très étonnant  » c’est marrant, on aurait dit que tu savais que tu allais devenir champion du monde avant de le devenir » 

Le jour « j » de la pesée, tu aperçois les gaillards que tu vas affronter. Tu te dis « houwa »…

Daryus : Chapeau, je vois qu’il y a au moins 15 à 20 kg de différence. Par rapport à mes 110 kg quand j’amène un adversaire au sol qui fait 85 kg. Je sens la difficulté qu’il a à se sortir de mes prises. Surtout s’il y a une différence technique. 

Une partie bien souvent négligé en krav maga mais pourtant fondamentale :

TECHNIQUES CEINTURES JAUNE : O. LE SOL

Pierre : finalement je n’ai pas rencontré de grosses difficultés. J’ai eu des adversaires qui me sont rentrés dedans forcement, à la manière d’un taureau.

Daryus : Par rapport à la nationalité des participants, qu’est que l’on retrouve au championnat du monde de krav maga.

Pierre : Il faut bien comprendre la chose suivante. Il y avait une majorité de Français, peut être, 90 à 80 % de Français, tu avais 2 à 3 israéliens qui se battaient en duel, et quelques pays européens mais pas une majorité.

Pour comprendre pourquoi, d’abord c’était le premier championnat du monde de krav maga. Ensuite cela me rappelle, les premières compétions de karatés qui étaient en ippon shobu, il n’y avait pas de protection. C’est-à-dire le premier qui marquait un coup efficace, avait gagné.

Ton combat pouvait durer 5 secondes et la c’est la même chose. J’imagine bien qu’ un asiatique qui se dit : « je vais faire le championnat du monde et ça se trouve en 20 secondes c’est fini, je rentre chez moi ».

C’est réellement comme ça que cela peut se dérouler !

Je pense que le règlement de la façon dont il est mené a pu freiner les combattants à venir participer au championnat du monde krav maga. Donc une majorité de Français, avec plus de 200 participants. Je trouve que le niveau des Français étaient très très fort.

Et la fédération a ouvert la compétition à tous les styles. J’ai rencontré des adversaires qui pratiquaient du karaté contact, et qui voulaient essayer ce championnat du monde. J’ai trouvé cela super intéressant.

C’est pas comme en compétition de boxe, ou tu rencontres un boxeur. Ça rentre bien dans l’esprit du krav maga, s’adapter à toutes situations. J’ai rencontré des adversaires plus fort que moi, peut être pas d’un point de vue technique mais plutôt au niveau de l’agressivité. Mais ils ont été complètement dépassés quand on s’est retrouvé avec des armes.

On rentre dans cette compétition, avec des techniques qui deviennent typiquement krav maga. C’est-à-dire que tu peux être très fort en pied poing, c’est bien, tant mieux. Mais si tu ne sais pas te défendre face à un couteau, tu es mal barré.

Daryus : Je le vois très bien quand j’ai commencé, ça fait maintenant plus de 2 ans que je pratique le krav maga. Que ce soit le couteau, le bâton, et toutes les armes, les techniques étaient obscures au début.

Autant en boxe et au sol, ça allait, parce que j’ai pratiqué du jiu jitsu bresilien. J’étais à l’aise, autant toutes les techniques avec armes, j’étais largué de chez largué ». Et encore j’ai beaucoup à apprendre. 

J’aimerais bien pratiquer le kali, pour apprendre le couteau et le bâton. Cela me permettrait d’avoir une autre dimension en cas d’agression.

Pierre : Je comprends très bien ta frustration et ton manque de repère par rapport aux armes. Parce que je n’ai pas de maitre direct en krav maga. J’ai fait beaucoup de stage avec des experts israéliens.

Sinon je me suis beaucoup documenté au travers d’internet, de bouquins sur Imi Lichtenfeld. Tu es frustré parce que tu vas avoir une défense sur un couteau où tu vas bloquer et contrer en même temps.

Mais ça s’arrête la, mais on peut se poser la question : qu’est que je fais derrière cette parade ?

Aujourd’hui j’ai deux réponses. Il y a un effet de mode qui consiste à capturer le bras de l’adversaire, pour qu’il ne réitère pas plusieurs fois son attaque. Mais tu vas te retrouver dans une confrontation de corps à corps où tu as intérêt à avoir travaillé la lutte et tes appuis.

Une excellente vidéo qui vous prouve que l’attaque au couteau est complexe !

GregMMA Vs Attaque au couteau – Feat. Micka Illouz – Maxime Demeautis

Parce que rien ne vas être plus terrible que de te retrouver au sol par rapport à un agresseur qui a un couteau. Là nous sommes dans un mode compétition, mais dans la rue, tu peux avoir plusieurs agresseurs.

 C’est quelque chose qu’il faut travailler parce que ça peut être l’une des tournures du combat. Finalement le simple blocage avec une seule frappe … On peut se dire que cela manque de contenu.

Sauf, si tu le fais avec l’esprit martial et tu te dis avec une frappe, je neutralise mon agresseur. Ce qui faut comprendre c’est que tu as intérêt à être extrêmement efficace sur une seule frappe, ça peut être ta seule chance de survie.

Parce qu’amuse-toi sur un mannequin type « bob » avec un couteau. J’ai réalisé des vidéos de ce genres que l’on peut retrouver sur ma page facebook. En 10 secondes je suis sûr que tu mets entre 20 à 30 coups de couteau.

C’est pour te dire que peut être ce n’est pas la meilleure défense. Peut-être contrer sans saisir à chaque fois derrière mais penser à détruire sur une frappe est aussi une solution valable. 

C’est pour cela que se conditionner sur un enchainement de défenses où tu bloques, tu contres, et tu enchaines 4 à 5 frappes derrières, puis tu saisis le bras et tu fais une clé … Ça rentre dans le fantasme.

Parce qu’il suffit de mettre devant toi un adversaire avec un casque, avec un couteau et il a comme objectif. C’est de te rentrer dedans avec un maximum de coups. Cela va remettre en cause toute ta procédure technique et tu verras que tout ton « tralla » ne fonctionne pas 

Je pense que jouer le coup d’une seule frappe dur, cela peut fonctionner. Surtout si tu t’entraines sur ce qui s’appelle un makiwara que l’on retrouve souvent dans les dojos. Je pratiquais cela il y a longtemps en karaté et finalement je l’ai repris dernièrement.

Vous avez des exemples dans cette vidéo pour travailler vos frappes :

8 Outils du KARATE – Makiwara, Ichi Sashi, Chichi.

Je me suis rendu compte de mon efficacité parce qu’à l’entraînement, juste sur une frappe avec un adversaire qui se jetais sur moi avec un couteau, je l’ai touché au plexus, c’est la première fois de ma vie que je m’attendais à le plier un adversaire.

Effectivement, c’est la première fois de ma vie où j’ai vue un partenaire d’entrainement faire une syncope sur une frappe au niveau du plexus.

Si tu cherches l’efficacité ultime sur un coup, tu donnes toute la mesure dessus, cela produit malgré tout une défense valable sur une agression au couteau ou au bâton. Ce n’est pas dit que cela va marcher à 100 %.

Mais c’est judicieux de le mettre dans son répertoire de combat. Tu as cette approche de défendre sur une frappe efficace et puis peut-être après de rentrer en lutte pourquoi pas.

C’est difficile de dire comment vont évoluer les choses dans un combat.

Fin du deuxieme Round

Le prochain épisode et le dernier de la série Pierre vous prépare une surprise virtuelle !!!

Des conseils, des vidéos pour vous entrainer, tout un programme

Pour l’heure je vous invite à fouiller dans vos tiroirs et à rechercher le rêve qui vous tient le plus à cœur. Je suis sûr que c’est une ceinture noire de krav maga…😀

Blague à part, chercher au plus profond de vous, ce que vous avez toujours voulu entreprendre et poser la première brique du podium de votre réussite.

Rendez-vous au prochain épisode…

Et vous les nouveaux audacieux et audacieuses quelle est le rêve qui vous tient le plus à cœur ?

Ressources :

Samouraï 2000 Le Mans

Imi Lichtenfeld

Krav-maga

 Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées (Arts Martiaux Vietnamiens, Krav Maga, Yoseikan Budo, F. Contact, Wushu, AMSEA).

ippon shobu

Kali Arnis Eskrima

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    53
    Partages
  • 53
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *