POURQUOI LES FEMMES NE SONT PAS PLUS NOMBREUSES EN SELF-DÉFENSE ?

De la ceinture blanche à la noire avec de " l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace..."

Cet article est né d’un commentaire de mon article : comment apprendre à se defendre et augmenter sa confiance en soi, je me suis dit qu’il serait vraiment intéressant d’avoir l’avis mixte de pratiquant de krav maga.

Les faits sont là, d’après le Bilan_statistiques Insécurite et délinquance en 2017 les femmes sont beaucoup plus en proie à se faire agresser par rapport aux hommes.

Je le constate comme vous, mes recherches sur les violences physiques et sexuelles, nous montrent qu’elles sont en augmentation : (tableau récapitulatif des faits de 2014 à 2017 les violences sexuelles sont en fortes augmentations.).

Malheureusement, aujourd’hui en France les femmes se font de plus en plus harceler, les chiffres sont édifiants. Quel que soit l’endroit où elles se trouvent elles subissent cette atteinte à leur intimité physique…

Dans cet article, nous allons essayer de répondre à la question :

Pourquoi les femmes qui sont plus en proie aux agressions ne sont pas plus nombreuses pour apprendre à se défendre ?

✅ Nous avons tout d’abord, le point de vue de Michael Foultier, grade ceinture verte … Et de Daryus Bertola pratiquant de krav maga depuis 1 an et demi, grade ceinture orange.

✅ Ensuite dans un autre article, celui de Camille pratiquante depuis 3 ans ceinture bleue et Véronique  ceinture verte pratiquante depuis plus de 2 ans.

Voyons tout de suite, pourquoi la mixité dans la self défense n’est-elle pas respectée !!!

 

Le point de vue d’un combattant de kravmaga, Michael Foultier :

Michael Foultier pratiquant de krav maga.

Nous avons tous le droit de se défendre mais tout le monde ne le sait pas, ne le veut pas ou ne le peut pas. Savoir se défendre ce n’est pas une question de technique en réalité, tout du moins dans un premier temps.

Se défendre, c’est avant tout mental.

En effet, nous ne sommes pas, très majoritairement, conditionnés pour être agressif. Notre éducation (familiale et scolaire), nos repères judéo-chrétiens nous ont ainsi fortement influencés.

Face à la violence, à l’agression, nous restons ainsi souvent pétrifiés.

Alors vous pensez bien que la technique dans ces conditions-là n’est pas prête de se mettre en route.   Si cela est difficile pour un homme, ça l’est encore plus pour une femme pour différentes causes évidentes et d’autres moins.

Et c’est à Elle, que je m’adresse, car le krav maga est une discipline, parmi d’autres, qui va pouvoir les aider et les rendre beaucoup plus forte mentalement comme physiquement.

Toutefois, la démarche d’aller vers ce sport de combat est semée d’inhibition, voyons ensemble comment les lever et casser ses plafonds de verres ?

La première : ça n’arrive qu’aux autres…

Jusqu’au jour où, ça vous arrive et ce jour-là ça sera trop tard, car l’agression aura eu lieu et vous serez prise au dépourvu …

Je ne vais pas rentrer dans le détail du niveau d’agression, chacun peut imaginer le pire. Il faut donc lutter contre le fameux « ça n’arrive qu’aux autres ».

Si dans sa vie professionnelle, amoureuse, familiale, on réussit à se projeter et se préparer. Je pense qu’il serait aussi judicieux de faire cette même projection dans la capacité à se défendre quand notre intégrité est menacée.

 

La deuxième : je ne suis pas capable de le faire !

Ce manque de confiance vient du fait que nous ne sommes pas préparés à la violence. C’est encore plus vrai pour une femme qui déjà très jeune est cloisonnée, dans la danse, dans le rose, les poupées et le ménage…

Je caricature pour vous faire réagir, mais quand je vois les catalogues de noël et les magazines destinés à la gent féminine… Mes propos prennent tous leurs sens.

Alors je le dis clairement, OUI, OUI et encore OUI vous êtes capable. Vous faites des choses déjà incroyables, bien plus difficile qu’apprendre à se défendre.

Une fois que l’on a accepté le fait que l’on soit capable, il ne faut pas se soucier de savoir si notre force physique est suffisante pour le Krav Maga.

Car en réalité, ce sport est basé sur des techniques simples, et efficaces qui ne font pas forcement appel à la force, mais à des frappes qui touchent des points stratégiques comme la gorge, les articulations et le plus sensible les parties intimes.

Les lecteurs de cet article ont également lu : COMMENT IDENTIFIER LES POINTS VITAUX EN SELF DÉFENSE ?

Vous constaterez qu’à force de répétition de vos techniques de krav maga, vous allez acquérir des automatismes qui vous permettrons de vous sortir de la plupart des agressions.

La troisième : c’est trop violent pour moi.

Pour ma part ce que je considère comme violent, c’est le fait de se retrouver face à son agresseur, d’être impuissante, et de finir dans les faits divers du journal local. J’aimerais vous dire que tout est merveilleux, mais c’est faux.

Alors oui, le krav maga peut répondre au degré de violence que vous êtes susceptible de rencontrer.

 

La quatrième : se retrouver dans un univers masculin.

Là, c’est le chat qui se mord la queue si je peux m’exprimer ainsi. Et c’est en partie pour cette raison que je fais cet article, j’essaye de promouvoir une présence féminine plus importante dans le cours de Krav maga.

Quoi de plus gratifiant que d’être précurseur ! Une fois que vous avait franchi le pas, il peut y avoir une certaine gêne à se retrouver en binôme avec un homme pour des enchaînements techniques. On n’est pas forcement à l’aise quand il s’agit d’avoir de la proximité.

On peut, ne pas apprécier la transpiration de l’autre, se retrouver au sol dans des positions inconfortables peut mettre à mal votre pudeur…

Ne vous inquiétez pas, si vous avez un professeur comme Jean-Yves, il s’adaptera pour que dans son cours, on favorise le plus possible des binômes prioritairement féminins.

C’est plus simple dans un premier temps d’être avec une consœur. Et plus vous prendrez confiance, plus il vous semblera naturel de faire des binômes mixtes par la suite.

Car la finalité se trouve quand même dans le krav maga de savoir faire face à un agresseur quelle que soit sa nature …

Le point de vue de Daryus :

Je rejoins Mike sur ces quatre facteurs propres à chacun, je vais également souligner d’autres facteurs qui sont tous aussi importants.

D’autres facteurs importants :

La différence de gabarit

On peut évoquer aussi la crainte de ne pas être au niveau physiquement par rapport aux hommes surtout lors des assauts.

Mais c’est sans compter sur la bienveillance de vos partenaires d’entraînement. Je tiens à vous rassurer, ils ont l’obligation de combattre avec le plus grand des fair-play.

Mon professeur de boxe me disait souvent, je le cite : on devient en partie un expert reconnu dans un domaine, quand on partage son savoir sans écraser les autres, mais bien au contraire, en les grandissant par la connaissance acquise.

La peur de la blessure

Je peux également évoquer la peur de se blesser, nous l’avons tous, par exemple au visage, les préjugés sont encore très encrés dans nos cultures. Imaginez un peu la scène, si je me pointe au travail avec un œil au beurre noir !

C’est rien, je fais partie du « flight club » …

J’utilise un peu d’humour pour souligner un fait important, j’ai appris tout au long de ma vie surtout militaire, que rien ne s’obtient facilement.

Les lecteurs de cet article ont également lu : COMMENT FAIRE PREUVE DE COURAGE SI VOUS DEVEZ VOUS DÉFENDRE ?

Vous ressortirez toujours grandi d’avoir eu le courage d’affronter une situation qui vous paraissait insurmontable, j’ai réussi à le faire en surmontant ma peur !

Alors la leçon à tirer et qu’il faut se préserver, mais on ne peut pas se prémunir de tout. Si une petite blessure physique arrive pendant l’entraînement,cela va développer votre résistance, votre capacité à recevoir des coups et par la suite rebondir pour vous remettre tout de suite dans un combat.

OUI vous l’avez deviné ça ressemble trait pour trait à ce que l’on peut retrouver dans sa vie, vous prenez des coups, mais vous vous relevez pour y faire face comme dans le KRAV MAGA …

« Devenez des septiques intelligentes »

Comme le dit si bien l’un de mes mentors Olivier Roland : tant que vous ne l’avez pas testé, vous ne pouvez pas savoir si vous allez trouver un nouveau centre d’intérêt.

Sans aller jusqu’à la passion, la perception d’une activité n’est que la représentions mental de votre subjectivité et de votre Vision du Monde.

Vous l’avez déjà vécu, l’idée que l’on peut se faire d’une discipline comme le krav maga ou tout autre activité peut être très éloigné de la réalité.

Alors testez, allez faire un essai, au pire, vous aurez une nouvelle expérience à raconter au prochain noël.

Ne sous-estime pas la part du subconscient, vous pourriez ressortir une technique au moment où vous en aurez le plus besoin…

Alors comment tordre le cou à ces idées reçues ?

Pour ma part, il est important de trouver un club où l’on se sent bien, où il règne une certaine bienveillance, même si la rue ne l’est pas. Au-delà de la self défense, vous pouvez aussi trouver une manière de dépenser votre énergie.

Vous pouvez également tout au long de votre apprentissage augmenter votre confiance en vous, je l’évoque assez souvent.

Je tiens tout d’abord à remercier Michael Foultier, d’avoir bien voulu se prêter au jeu, il a écrit cet article avec beaucoup de passion.

Le sujet étant vaste, j’ai voulu le traiter en deux parties : la première vous êtes en train de la lire en ce moment, c’est le point de vue de la gent masculine, c’est-à-dire  Michael et Daryus pour vous servir.

Vous aurez droit à un deuxième article sur :

« Pourquoi les femmes qui sont plus en proie aux agressions ne sont pas plus nombreuses pour apprendre à se défendre ?… »

Mais cette fois vue par la gent féminine, les premières concernées.

En attendant cet article :

les nouveaux audacieux et audacieuses que pense vous de l’importance de la présence des femmes dans la self défense ?    

Co- écrit avec : Michael Foultier,

sources :

Insécurite et délinquance en 2017 : premier bilan statistique

tableau récapitulatif des faits de 2014 à 2017 les violences sexuelles sont en fortes augmentations.

Partager l'article :
 
 
   

8 réponses

  1. Lan dit :

    Des personnes de mon entourage se sont moquées de moi quand j’ai évoqué mon adhésion à un club de Krav Maga. « T’es trop petite, tu vas te faire massacrer, etc » et j’en passe. Certes c’etait des petites moqueries gentilles mais cela évoque bien l’idée générale de la « faiblesse féminine ». Et je ne vous apprendrais rien en vous disant que ce sont des propros tenus par une partie de mon entourage masculin. Côté filles, elles m’ont encouragée en revanche.

    Apparement certains de mes partenaires ont été surpris par la force de certaines de mes frappes. Et je ne m’en suis pas rendue compte. C’est encore irrégulier mais avec l’entraînement, cela viendra.
    J’ai pris quelques petits coups, j’ai eu quelques bleus mais je suis contente. Cela fait partie de l’apprentissage.
    Par contre je retiens encore trop mes coups. J’ai peur de blesser.
    Je remercie Cyril, mon partenaire de samedi, de m’en avoir parlé, de m’avoir conseillé de me lâcher.

    • Daryus dit :

      Franchement, c’est une belle attitude de passer au-dessus des moqueries, tu deviens plus forte mentalement et physiquement. Ces personnes ne font que renvoyer leurs peurs de pratiquer le krav maga, et « toi », tu as réussi à la dépasser !!!! Tu le soulignes très bien, au fur à mesure des entraînements tes frappes vont devenir plus puissantes et plus précises. Elles vont tout simplement s’automatiser et tu pourras diriger ton attention sur autre chose, tes déplacements, sortir de l’axe d’attaque … C’est plaisant à lire, quand tu évoques le fait de prendre des coups sans que ça entame ton enthousiasme, ton attitude m’inspire beaucoup de respect … Et devrait inspirer plus d’uns ou une…

  2. Lan dit :

    Merci. 😊 Je fais un gros boulot sur moi-même depuis plusieurs mois. Je suis résiliente 😉

  3. Nad dit :

    Je rejoins les commentaires précédents. Mais je pense que la plupart des femmes ont peur de se sentir jugées au milieu des hommes, de ne pas se sentir à la hauteur etc… le milieu des sports de combats vu de l extérieur peut paraître violent et peut faire penser que seule les femmes très costauds ou particulièrement entraînées peuvent-ils réussir. Or c est faux toutes les femmes quelle que soit leur morphologie leur taille etc peuvent y arriver. Il faudra peut être plus travailler pour certaines mais on y arrive avec les encouragements et de la confiance en Soi 😊

    • Daryus dit :

      C’est vrais les préjugés sont très puissant, mais ils faut les dépasser, comme vous le faites si bien … Je vous félicite les filles pour votre persévérance, tu as bien vu, depuis le début d’année, il y a moins de monde aux entraînements. Les filles sont très présente cette année, comme tu le dis avec des encouragements, et surtout cette fameuse confiance en soi, on peut tout réaliser.

  4. Estelle dit :

    A mon tour je rejoins les commentaires précédents mais j’aimerais ajouter qu’il faudrait peut-être qu’il y ait plus de femmes professeurs de sport de combat ou self-défense afin que cela change ces préjugés !!
    D’ailleurs il serait intéressant d’en connaître le chiffre ! Combien sont-elles ? Et que ressentent-elles dans ce rôle ?!
    Bref Girl Power !! Même si c’est un plaisir de combattre face à ces messieurs 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.